Historique

L’Institut canadien en Grèce fut fondé en 1974 (sous le nom d’Institut canadien d’archéologie à Athènes; ICAA) en tant qu’établissement éducatif à but non-lucratif en accord avec la charte fédérale canadienne sur les organismes charitables. L’ICG fut homologué en tant qu’institut de recherches archéologiques étranger par les autorités grecques le 16 février 1976, ce qui correspond à son entrée en fonction officielle en Grèce.

 

Les premières années

En 1980, l’Institut se dote de bureaux permanents à Athènes grâce à l’amabilité et l’entraide de l’ambassade canadienne. En 1981, afin d'aborder de manière adéquate la question du financement, l’Institut canadien de Méditerranéen (ICM) est fondé prenant sous son aile la direction de l’ICAA et des deux autres instituts de recherches canadiens en Méditerranée le Centre académique canadien en Italie et la Société canadienne pour l’étude des antiquités égyptiennes.

Récipiendaire d’une subvention de recherche octroyée par le Conseil des recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), l’ICM put se munir, dès 1982, de nouveaux locaux à proximité de l’Ambassade au 2, rue Gennadiou. Toutefois, à la fin de cet important financement en 1994, les instituts Rome et du Caire furent contraints à la dissolution. L’IMC devint alors le seul centre d’opération de recherche académique canadien dans toute la Méditerranée.

 

Expansion et nouvelles directions

En 1994, l’Institut académique canadien à Athènes est fondé afin d’agir en tant que société mère de l’ICAA désormais indépendant. Une campagne de financement est alors levée dans le but d’acquérir des bases économiques solides. Les recettes serviront à l’achat de nouveaux locaux au 7, rue Dionysiou Aiginitou où seront désormais concentrés les bureaux, la salle de conférence, la bibliothèque et l’hôtellerie de l’Institut.

En 2005, le comité de direction de l’Institut décida de changer le nom de l’organisation pour celui d'Institut canadien en Grèce afin de refléter de manière plus adéquate les champs d’intérêts et d’expertise de l’Institut. L’année suivante, l’ICG complétait l’achat d’un deuxième appartement au 7, rue Dionysiou Aiginitou, dans l’objectif de fournir aux étudiants et aux chercheurs des espaces de travail et d’hébergement dignes d’un institut de qualité et de renom.